Hacher les herbes

Hacher les feuilles de consoude et de plantain



Marguerite Boyles

Les pommades à base de plantes (un terme souvent utilisé de manière interchangeable avec les onguents, les crèmes, les baumes et les onguents ; je n'ai jamais trouvé de définitions qui les différencient clairement) ont traversé les âges comme le premier soin domestique pour les éraflures, les brûlures, les plaies, les démangeaisons , piqûres, ecchymoses, érythèmes fessiers, et plus encore.

Souvent chers à l'achat, ils sont relativement bon marché et faciles à fabriquer.

Du début au milieu de l'été est une excellente période de l'année pour s'y essayer. De nombreuses herbes médicinales sont en pleine feuille et commencent tout juste à fleurir, concentrant leurs constituants actifs cicatrisants dans leurs parties aériennes. (L'automne est un bon moment pour faire des baumes à base de racines.)

J'aime commencer avec une huile infusée aux herbes, qui consiste à flétrir légèrement, puis à hacher et à meurtrir les feuilles ou les fleurs que j'ai recueillies, à les emballer sans serrer dans un bocal en verre propre et à les recouvrir d'huile. Je couvre le dessus du pot avec un morceau d'étamine ou un filtre à café fixé avec un élastique. Cela permet à l'humidité qui gâcherait autrement la pommade de s'échapper du pot.

Ensuite, je laisse simplement le pot sur un rebord de fenêtre ensoleillé pendant deux ou trois semaines, en secouant ou en remuant l'infusion chaque fois que j'y pense, généralement une ou deux fois par jour. J'utilise une longue cuillère en bois pour remuer.

Lorsque les herbes ont infusé assez longtemps, je filtre la matière végétale avec une étamine, en attrapant l'huile dans un pichet en verre, en tordant l'extrémité du tissu pour extraire autant d'huile que possible de la matière feuillue.

La dernière étape : faire fondre de la cire d'abeille pure (utiliser un bain-marie sur la cuisinière ou une tasse en pyrex dans un bol en verre au micro-ondes) et l'ajouter à l'huile infusée dans un rapport d'environ cinq parties d'huile pour une partie de cire fondue. Remuer avec une cuillère en bois et conserver dans un récipient en verre ou en métal stérilisé.

Il est facile d'ajuster la consistance d'une pommade en ajoutant un peu plus d'huile pour la rendre plus tartinable ou un peu plus de cire d'abeille pour l'épaissir ou la durcir. Les baumes faits maison sans aucun agent de conservation dureront environ six à huit mois à température ambiante, à l'abri de la chaleur directe et de la lumière du soleil. Réfrigérés, ils se conservent un an ou plus.

Aujourd'hui, je prépare une pommade domestique à usage général à base de feuilles de consoude et de plantain - la consoude vient de commencer à fleurir au bord de mon potager et le plantain pousse abondamment dans la pelouse. J'ai ajouté les feuilles hachées à une combinaison d'huile de pépins de raisin et de noix de coco, même si j'aurais pu utiliser des huiles d'olive, de tournesol, de sésame ou l'une des huiles de noix exotiques (et chères). Nos ancêtres n'avaient pas accès aux huiles pressées ; ils fabriquaient leurs onguents cicatrisants à partir de graisse d'ours, de saindoux et d'autres graisses animales, qui auraient leurs propres pouvoirs de guérison.

J'aurais aussi pu utiliser de la bardane, de la mélisse, de l'achillée millefeuille, de l'auto-guérison ou l'une des dizaines de plantes sauvages et cultivées qui fleurissent ici. Plus tard dans la saison, je prévois de faire des pommades aux fleurs à partir de molène, de calendula et de millepertuis. C'est amusant d'expérimenter et d'en apprendre davantage sur les herbes et leurs utilisations au fur et à mesure.

Bien que les herboristes ne recommandent plus la consoude pour la consommation interne, elle jouit d'une grande renommée en tant que cicatrisant (en fait, elle aide à la formation d'une nouvelle peau si rapidement, les herboristes ne recommandent pas de l'utiliser pour les plaies profondes qui nécessitent une guérison lente). Le plantain jouit d'une égale renommée en tant qu'herbe anti-démangeaisons et anti-inflammatoire.

Mon onguent consoude-plantain est polyvalent. Je l'utiliserai sur les démangeaisons et les piqûres, les mains et les lèvres gercées, les talons fissurés, les cuticules déchiquetées, les entailles, les coupures et les éraflures. Il fait également des merveilles sur les couches et les éruptions cutanées.

Une mise en garde :Nettoyez et désinfectez une plaie fraîche, puis attendez qu'elle cesse de saigner avant d'appliquer un baume. Vous ne voulez pas enfermer un agent infectieux.

« Vivre naturellement » consiste à adopter un mode de vie naturellement sain. Margaret Boyles couvre des conseils de santé, des moyens d'éviter les maladies, des remèdes naturels, des aliments bons pour le corps et l'esprit, des recettes de produits de beauté faits maison, des idées pour faire de votre maison un havre de paix et de sécurité et les dernières nouvelles sur la santé. Notre objectif est également d'encourager l'autosuffisance, qu'il s'agisse de réapprendre certaines compétences ancestrales ou de s'informer sur les améliorations modernes qui nous aident à vivre une vie meilleure et plus saine.

Calendula : de belles fleurs qui...

Faites votre propre baume à lèvres

Comment faire une teinture à base de plantes

Comment congeler et sécher des herbes

Bienfaits pour la santé du miel

Remèdes à la maison pour le soulagement des coups de soleil...

Hamamélis : Remède naturel et...

Les démangeaisons de l'été

Des fleurs que vous pouvez manger !

Masques Visage et Cheveux DIY:...

Cultiver du calendula : comment faire pousser du pot...

Comment faire de la rose lavande maison...